vendredi 10 juillet 2009

Photos truquées

Je viens de retomber sur une vieille requête de l'atelier graphique : "Pouvez-vous effacer la personne située à droite de la photo." Le but de la manœuvre : illustrer un article de Wikipédia (l'encyclopédie, vous savez...)


Tommie Smith avec un fan.Tommie Smith sans fan. Pas mal fichu, comme reprise d'image. Le bras droit s'est retrouvé collé en symétrie de l'autre côté, le personnage de droite a été remplacé par le décor de gauche en symétrique aussi, même le poster au mur a été retourné pour virer un coin de tête. C'est bien ajusté, on ne voit pas les coups de ciseaux.
Peter Lorre expliquant l'opération de chirurgie esthétique dans Arsenic et vieilles dentelles, en quelque sorte.

Ça fait illusion, c'est ce qui était demandé, tout le monde est content.

Moi, ça me rappelle des trucages photo cités en (contr)exemple dans mes manuels d'histoire, quand j'étais au lycée. À l'époque, il était de bon ton de se réjouir qu'on ne pratiquait pas ça chez nous :

Kliment Voroshilov, Vyacheslav Molotov, Stalin et Nikolai Yezhov.Kliment Voroshilov, Vyacheslav Molotov, Stalin sans Nikolai Yezhov.

On enlève les gens qui gênent, on falsifie les documents. Et à quelle fin ?
  • Staline avait ses raisons : contrôler l'histoire officielle, en effacer les rivaux potentiels, garder le pouvoir, etc.
  • Wikipédia ? J'ai beau chercher, je ne vois que "pour faire joli", et "on sait faire". Sont-ce des raisons valables ?
À force d'utiliser les techniques à disposition sans se demander si c'est nécessaire, on perd de la valeur informative.

La photo d'origine montre Tommie Smith qui rencontre un fan lors d'une expo en 2007. C'est d'une part ce qu'on a trouvé (c'est un import depuis Flickr) — ça aurait été plus intéressant d'avoir la photo où il est sur le podium des jeux olympiques de 1968, le poing ganté en l'air, tête baissée et les pieds nus —, d'autre part c'est un portrait qui raconte sa petite histoire : 40 ans après, c'est toujours un personnalité qui fait des dédicaces dans les expos, il a toujours des admirateurs, il a l'air d'un grand père sympa, etc.

La version modifiée montre la même chose dans les fans, sans montrer que sa popularité persiste sur 40 ans. On se rapproche de la photo d'identité des biographies du Petit Larousse. On a perdu le pourquoi de la photo.

Toute la procédure pour les images modifiées a été respectée sur Commons : c'est indiqué dans le nom du fichier, il y a le modèle qui va bien, c'est lié à l'image d'origine, etc. Mais sérieusement, qui va vérifier ces choses-là ? Qui sait seulement que ça existe ?

Fut un temps où une photo était un document, au sens où ce qui était dessus avait existé avec certitude (du fait du procédé physico-chimique). C'était un document, ce n'était pas objectif pour autant : on pouvait faire une mise en scène, le hors-champs et le cadrage avaient une influence certaine sur le message véhiculé. Mais ce qui était sur la pellicule avait été devant l'objectif. La difficulté technique du trucage le rendait en général visible.

Avec la photo numérique et les logiciels de retouche, avec un minimum de pratique, on peut faire des photos qui ont la même apparence de vérité mais sans aucune certitude quant à l'authenticité. Et il est tellement facile de scanner une vieille photo, la truquer et refaire un tirage papier que même les photos argentiques (et autres techniques physico-chimiques) ne sont plus fiables.

Pour faire vite, la photo est passée du statut de document à celui d'illustration. On a perdu une source documentaire, c'est un fait.

Doit-on refuser la falsification de documents, la tolérer, la cautionner, la pratiquer ?
Je me demande si une encyclopédie à la recherche de reconnaissance, qui se fixe des objectifs délirants en matière de références dans le texte (voir les critères des articles de qualité) peut s'autoriser une telle désinvolture vis-à-vis des images ?
On ne charcute pas une source textuelle au point de lui faire perdre son sens, pourquoi le fait-on aux images ?
Doit-on illustrer pour illustrer, ou soutenir un discours avec des documents ?

Et il n'y a pas qu'à propos des projets WikiMedia que je me pose ces questions.

4 commentaires:

gribeco a dit…

Le trucage de cette ampleur, c'est Mal. (Recadrer, retoucher la luminosité, la netteté et les couleurs, ça va.)

Guillaume Paumier a dit…

Il peut y avoir d'excellentes raisons de retirer quelqu'un d'une photo. Notamment dans le cas que tu cites, où deux personnes apparaissent, dont l'une est un personnage public pendant une activité publique, et l'autre un inconnu. Il n'est pas certain que ce dernier ait donné l'autorisation de publier la photo le représentant, pour des raisons de protection de sa vie privée). Le « faire disparaître » de la photo permet d'utiliser néanmoins la photo dont l'on dispose, afin d'illustrer l'article du personnage public.

DC a dit…

Je ne trouve pas que les objectifs de sourçage soient "délirants".

Concernant ce trucage photo, pourquoi ne pas avoir procédé à un simple recadrage ? A défaut d'être joli c'eût été plus honnête.

olympi a dit…

1) La chemise qui reste tendue ça le fait pas.
2) Falsifier c'est passer du documents à celui d'illustration, pourquoi pas, mais il faut que cela soit clairement précisé, et que la source soit gardée.
3) Un brouillage de l'inconnu aurait été suffisant à mon goût.

Enregistrer un commentaire