lundi 23 avril 2012

Réglages des couleurs

Ça fait quelques mois que je repoussais ce billet de la série je bricole mes photos en espérant que ça va les améliorer. Peut-être par flemme.

Toujours est-il que j'ai trouvé deux photos qui devraient me permettre de faire le tour de la question de la couleur, d'un point de vue pratique.
Et pour l'occasion, je vais sortir l'artillerie lourde : le cercle chromatique, qui permet de visualiser les choses. Comme d'habitude, il est tout à fait possible de faire la même chose avec des logiciels très chers, je travaille avec du gratuit et libre : GIMP).

Première photo, la photo trop rouge

On m'a un soufflé que la série de photos était trop rouge.

J'entoure sur le cercle chromatique la teinte principale de la photo, la flèche montre la teinte qu'elle devrait avoir. Le but du jeu va être de décaler les couleurs.
Pour ça, il existe une fonction dans GIMP, qui s'appelle teinte-saturation (et l'aide en ligne est ici) et qui permet entre autres de modifier la teinte (ce qu'on veut faire ici). Ça se trouve dans le menu Couleurs.

On veut ajuster l'ensemble de la photo, vu que dans l'ensemble, elle est trop rouge, donc on ne sélectionne pas de couleur dans le graphique en haut, on reste avec Maître, qui ajuste toutes les couleurs, et on tripote le curseur qui s'appelle Teinte.
Faites vos essais, je trouve qu'avec 10, ça fait pas trop mal.
avant/après
Pour une photo trop « chaude », il faut aller à droite et pour une photo trop « froide », il faut aller à gauche.
Si vous ne comprenez pas cette phrase, relisez Johannes Itten — dont les cours sur la couleur au Bauhaus sont publiés sous le titre Art de la couleur —, le chaud, c'est tout ce qui est dans la moitié du rouge-orangé, et le froid, c'est ce qui est de l'autre côté, dans la moitié du bleu-vert.

Seconde photo, la photo où on sait pas trop ce qu'avait l'appareil dans la tête

Il faut dire que j'ai longtemps regardé cette photo en me demandant comment un appareil photo pouvait être autant déréglé, et comment on pouvait l'améliorer. Jusqu'au moment où je me suis fait botter le train pour écrire ce billet.
J'ai commencé par essayer la méthode ci-dessus (parce que des fois, je saute des étapes — des fois ça marche, mais visiblement pas toujours). Si on n'a pas envie de faire un chose de science-fiction sous acide, ça ne marche pas. Retour au cercle chromatique.
Ici, le monument est bleu, alors qu'il devrait être dans les tons crème (entre le jaune et le orange pâle), et les arbres sont vaguement verts (peut-être un peu trop bleus). Donc il ne s'agit plus de décaler les teintes, mais de rééquilibrer les choses entre les couleurs complémentaires (celles qui sont diamétralement opposées sur le cercle chromatique).
La fonction de GIMP qui sait faire ça s'appelle balance des couleurs (aide ici), elle est accessible par le même menu Couleurs, parce que le monde est bien fait.

Je n'ai jamais bien compris le pourquoi des intervalles à ajuster, donc je laisse le réglage d'usine demi-teintes, ça doit être un truc très subtil. Et on joue avec la tirette jaune-bleu.
jaune-bleu

Là, on se rend compte que c'est trop vert, donc on ajoute du magenta.
magenta-vert

Et puis comme ça reste un peu froid, on remet un peu de rouge.
rouge-cyan
Et on a une photo qu'on peut sans doute améliorer, mais qui choque nettement moins l'œil.
La tombe de Cherubini,
qui n'aurait pas l'air d'avoir passé des années épinglée au soleil.

6 commentaires:

Léna a dit…

Sinon, on prend en RAW, et on "clique balance des blancs" en cliquant sur l'endroit de la photo qui devrait être blanc. C'est magique pour les tableaux.

Coyau a dit…

Le genre de commentaire absolument pas productif de gens qui ont des appareils qui font du RAW, et qui ont le logiciel pour traiter le RAW (ça n'exsiste pas en gratuit).

Vraiment pas à la portée de tout le monde.

Léna a dit…

Mon logiciel de traitement de RAW est fourni avec mon boîtier. Et il y a Rawtherapee, non seulement c'est gratuit mais en plus c'est libre.

Après, je suis d'accord que tout le monde n'a pas un appareil qui fait du RAW. Mais je pense que c'est aussi important de dire que si l'on veut *vraiment* bien maîtriser ses couleurs, c'est quand même l'outil le plus adapté, ne serait-ce que parce que tu vas plus vite et aussi parce que tu as moins de chance de tomber sur des couleurs qui "font bien" mais qui ne sont pas naturelles.

Coyau a dit…

Je fais ces articles pour montrer à tout le monde qu'en passant un tout petit peu de temps sur le post-traitement, il est possible de faire beaucoup mieux que la grande majorité des photos qu'on trouve sur Commons.

Je ne m'adresse pas aux gens qui ont déjà une chaîne de production qui tourne et des heures de vol, j'essaye juste de montrer que la retouche photo n'est pas inaccessible, et qu'il y a une vraie plus-value accessible.

ducoteduquebec a dit…

On peut aussi à vérifier la balance des blancs avant de prendre la photo. La plupart des appareils ont ce genre de réglages que ce soit directement par une option de balance des blancs dans les réglages ou par des programmes du genre "Journée nuageuse" ou "Plein soleil".

Personnellement, j'oublie parfois de faire ce réglage avant de prendre mes photos et je me mord les doigts quand je dois retoucher l'ensemble de mes images après coup.

Cependant, j'aime beaucoup la représentation avec le cercle chromatique, ça aide à visualiser le travail à accomplir. Excellent billet!

Letartean

Coyau a dit…

C'est sûr que c'est toujours mieux de ne pas avoir besoin de retoucher. ;)

Enregistrer un commentaire